Nuit de Samhain au bord du Nil

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index du forum » Gazelle » Archives de la Gazelle
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Scribe Royale


Inscrit le: 10 Déc 2006
Messages: 8275
Localisation: Edfou, ma felouque et le Nil


Message Mardi 29 Oct 2013 0h23 Répondre en citant



Ptahpyrus traversa la place déserte, s’engageat dans une rue qui l’était tout autant et, surpris, vit qu’il y avait toujours de la lumière à la taverne.

-Voilà qui n’est pas habituel, marmonna-t-il.


La curiosité étant sa qualité principale, ou son plus grand défaut, selon les circonstances et les opinions, il ne résista pas à la tentation de jeter un coup d’œil par la fenêtre. La tavernière se trouvait derrière son comptoir, une jarre à la main elle remplissait une série de cruches alignées devant elle, et à une table, tout au fond de la salle, une sorte de géant blond, barbu, moustachu et chevelu, vêtu de cuir et de toile grossière. Ptahpyrus reconnu sans peine le barbare venu du nord, bien au-delà de la mer, et installé depuis peu près du port, l’attitude de l’homme lui fit froncer les sourcils : la mine sombre il ne quittait pas la porte des yeux et sa main restait serrée sur le pommeau de son glaive.

« Il s’attendrait à voir surgir un ennemi qu’il ne se comporterait pas autrement » songea-t-il

La tavernière ne semblait pas inquiète, mais Ptahpyrus se demanda tout de même si elle ne se trouvait pas en danger, seule avec ce barbare pour le moins inquiétant.
N’écoutant que son courage, et aussi sa curiosité une fois encore, il faut bien le reconnaître, il décida d’entrer un instant dans l’auberge, juste le temps de s’assurer que tout allait bien pour la tavernière.
Sitôt décidé, sitôt fait, il poussa la porte en s’enquérant :

-Un passant assoiffé peut-il encore se désaltérer ici ?


Il fit mine de ne pas avoir remarqué la réaction du barbare, le mouvement esquissé pour se lever et sortir le glaive de son fourreau , et alla s’accouder au comptoir.
La tavernière le connaissait assez pour ne pas lui demander ce qu’il désirait, et un gobelet rempli à ras bord fut déposé devant lui.

Ptahpyrus commença par bavarder de tout et de rien avec la jeune femme puis, coulant un regard vers le barbare toujours aussi immobile qu’une statue, il souffla :

- Cet étrange client ne te cause pas de soucis au moins ?

Elle jeta un rapide regard vers le géant blond, et secoua la tête :

-Non, quoique étrange, il l'est effectivement. Il m’a remis une bourse des mieux garnies pour que je lui permette de rester ici jusqu’au retour de Ré dans le ciel.
-Peut-être un malfaiteur qui souhaite se dissimuler
, supposa Ptahpyrus



Le barbare devait avoir l’oreille fine car quoique murmurés ces mots ne lui échappèrent pas.

-Si je n’avais mieux à faire, je te ferais rentrer ces paroles dans la gorge , l’homme, gronda-t-il, sans pour autant détourner son attention de la porte.

De sa main libre , il désigna le siège libre de l’autre côté de sa table.

-Viens t’asseoir là, tu vas savoir qui tu viens d’insulter de la sorte. Te parler fera passer plus vite le temps et la nuit.

Ptahpyrus hésita un instant entre se précipiter vers la porte et sortir en courant, ou se rendre à l’invitation du barbare et aller écouter ce qu’il avait à lui dire.

« Qui me dit qu’il ne projette pas surtout de me passer son glaive à travers le corps ? » se demanda-t-il.

Malgré tout il fit un pas, puis un autre et un autre encore, et se retrouva assis devant l’homme du Nord sans trop savoir comment il était arrivé là. Sa défiance envers le barbare s’en trouva accrue, n’y avait-il pas quelque magie là-dessous ?
Mais le barbare se mettait à parler et il se résolu à l’écouter, tout en implorant la protection de toutes les divinités de l’Ennéade.

-Je me nomme Cérulinos, fils de Garantix, j’ai parcouru bien des champs de batailles, participé à bien des combats, sans jamais connaître la peur, remportant toutes les victoires, et me voici en cette ville, dans cette taverne, loin de la terre de mes pères, à redouter de voir cette porte s’ouvrir, et celui qui me harcèle apparaître en cette nuit maudite.

Ladite porte, il continuait de la regarder fixement tout en parlant, et sa voix se fit plus rauque tandis qu’il reprenait :

-Je peux affronter les guerriers les plus puissants, les armées les plus redoutables, les bêtes fauves les plus féroces, mais que peuvent mes armes et mon courage contre l’esprit d’un mort qui me poursuit où que j’aille ?

Ptahpyrus réprima à grand peine un mouvement de recul, pour ce qui était de l’esprit, celui du barbare lui paraissait sérieusement dérangé.
Déjà Cérulinos, puisque tel était son nom, enchaînait.

-Pourtant nous étions amis, depuis l’enfance, et quand il fut tué lors d’une grande bataille, j’ai veillé à ce que lui soient faites des funérailles dignes du grand guerrier qu’il avait été. Je n’ai pas lésiné sur la dépense, tout le monde a pu festoyer durant trois jours entiers.

Il se tut un long moment, de son coté Ptahpyrus préféra garder un silence prudent et attendre qu’il se décide à poursuivre. Finalement l’homme du Nord soupira :

-Hélas, j’ai commis une erreur irréparable, je n’ai pu résister à la tentation, j’ai gardé pour moi un bien appartenant à cet ami, au lieu de le lui laisser pour qu’il l’emporte dans l’autre monde.
-Et bien il suffit de le lui rendre, de le mettre dans sa sépulture, glissa doucement Ptahpyrus que l’histoire ennuyait et qui commençait à avoir grande envie de laisser le barbare à son délire.

La main posée sur la table se referma et le poing s’abattit sur la table qui en tressauta violemment.

-Je ne le puis, on me l’a volé, je le lui ai dit, je le lui ai expliqué, mais il ne veut rien entendre, il refuse de me laisser en paix.

Le barbare avait élevé la voix, il criait presque, et la tavernière lui jeta un regard inquiet.

« En somme c’est surtout le remord qui le poursuit » jugea Ptahpyrus.



Plus calme Cérulinos continua :

-Chaque année, dès que les portes ‘s’ouvrent entre les deux mondes, il revient me tourmenter, alors je pars, de plus en plus loin, en espérant qu’il ne pourra pas me retrouver, et il revient, et il est là, toujours, année après année. Alors cette fois je suis venu ici, dans cette taverne, me disant qu’il me chercherait plutôt dans ma demeure, et que le temps qu’il erre dans la cité pour me retrouver, cette nuit de malheur sera terminée, et le soleil de retour.

La curiosité revint tourmenter Ptahpyrus qui, incapable de lui résister, oublia sa prudente réserve pour demander avec un peu d’impatience :

-Mais que lui avais-tu donc dérobé ?

-Un bijou qu’il avait reçu comme part d’un butin, un médaillon de grande valeur, d’or et d’émaux, représentant une tête de taureau qui…..


Cerulinos s’interrompit, son visage trahissant un grand étonnement.

-Curieux! Je me rends compte à présent que ce taureau ressemblait à votre dieu Apis.

Ptahpyrus cru que tout son sang le quittait, se répandait sur le sol à ses pieds…. Un médaillon d’or et d’émaux, la tête du dieu Apis….. Il revit cette taverne d’un port dans le delta, l’homme qui lui proposait le marché, ce médaillon contre une somme ridicule, disait-il, en réalité le prix était un peu élevé pour un objet à la provenance incertaine mais, après un bref marchandage, il l’avait acheté car il lui plaisait.
Heureusement Cerulinos fixait toujours la porte, et n’avait pas remarqué l’effet de ses paroles sur lui, il toussota, et se leva en bredouillant :

-Il faut que je te quitte, crois bien que je le regrette, mais la journée fut longue et bien remplie, je sens la fatigue bien près de me terrasser.

A son vif soulagement le barbare ne tenta pas de le retenir, il lui dit simplement :

-Va, de toute façon mon destin est d’affronter seul encore une fois cette nuit de Samhain, et dès que les portes s’ouvriront entre notre monde et celui du Sidh, quand les morts la franchiront, quand il reviendra, lui, pour….

Il ne put achever, la porte de la taverne venait de s’ouvrir brutalement sous la poussée d’une rafale de vent, qui se mit à tournoyer dans la salle. Bousculant la table, Cerulinos se leva d’un bond, le glaive à la main, en hurlant :


-Hantalgix retourne dans l’Autre Monde, il n’y a rien pour toi ici ….

Pétrifié, Ptahpyrus eut conscience que le barbare continuait de parler, mais il n’entendait plus rien, seul existait pour lui ce tourbillon de poussière qui venait vers lui, inexorablement et dont il lui sembla qu’une voix s’élevait, prononçant son nom. Il porta la main à sa poitrine, là où sous la tunique pendait le médaillon, poussa un cri rauque, et se rua dehors en courant, fou de terreur.
La tavernière quitta son comptoir pour aller repousser la porte, en maudissant ce vent qui mettait du sable partout, et les clients qui ne savaient pas se tenir. S’adressant à Cerulinos, toujours debout, l’arme brandie, elle remarqua calmement.

-Tu ferais bien de rentrer chez toi et d’aller te coucher, homme du Nord.

Le barbare ne répondit pas tout de suite, le front plissé il réfléchissait intensément, puis son visage se détendit et s’éclaira d’un large sourire.

-Tu as raison, je peux rentrer chez moi et dormir. Dormir, je vais désormais pouvoir le faire durant toutes les nuits, même celle de Samhain.

Il rengaina son glaive et quitta la taverne, une fois dehors il s’arrêta un instant pour humer l’air nocturne avec plaisir, et partit par la rue déserte d’un pas allègre.
La tavernière posa la barre qui verrouillait la porte, s’étira en bâillant, et murmura :

-Les hommes sont vraiment des êtres bien étranges, qu’ils soient du Nord ou des rives du Nil.
Haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   

Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index du forum » Gazelle » Archives de la Gazelle



Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum





© Egyptis.com - Contact - Règlement du forum - Powered by phpBB © phpBB Group